Avant la création de l'école, existait un pensionnat à la Grande Bretèche. Celui ci disparaît au moment de la fermeture des écoles congrégnistes en 1906, suite à la loi de Séparation de l'Eglise et de l'Etat du 9 décembre 1905.

Il y eut ensuite une école ménagère et une école commerciale. Cette dernière quittera la Bretèche pour s'installer à l'école Ste-Marguerie à Tours. L'école des Assistantes monitrices catholiques de l'enfance s'installe donc dans les lieux ayant une tradition d'éducation féminine. Cette initiative est prise par une religieuse qui côtoie des personnes militantes dans des mouvements se rattachant au couvant du catholicisme social.

peron breteche

 

Située au 17, quai Portillon, dans les locaux précédemment occupés par une école ménagère, l'école d'éducatrices fonctionne dès lors en participation pédagogique avec les autres écoles du groupe AMCE, tenue de respecter le règlement du groupe.

Une section de Monitrices Educatrices de l'Enfance fut créée en 1960.

Cette même année, l'Etat décida la création d'un diplôme d'homologation après inspection de l'ensemble des écoles de formation d'éducateurs et d'éducatrices de l'époque. L'inspection à Tours par Monsieur Pinaud (missionné par l'Etat) et qui durera deux jours, aboutit à la reconnaissance officielle de l'école d'éducatrices spécialisées : 17 quai portillon à St Symphorien. Cette reconnaissance fut faite à condition que Melle BOUCAUD soit nommée officiellement directrice pédagogique de l'école, car elle avait les titres pour cela.